www.DigitalSpirit.org

Politique d'accessiblité | Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mise à jour de RaspiO'Mix : RaspiO'Mix+

RaspiO'Mix est, comme son nom l'indique, l'évolution logique de RaspiO'Mix pour les RaspberryPi dit « Plus » et Raspberry 2.

RaspiO'Mix est une carte fille (également appelé hats) pour RaspberryPi qui vous permet de connecter vos capteurs / actionneurs Grove (le système Grove chez Lextronic) au Raspberry simplement, sans connaissance en électronique.
RaspiO'Mix est un projet libre et ouvert, tous les plans sont disponibles en ligne.

product-plus.png

Caractéristiques

  • Compatible Raspberry A+, Raspberry B+, Raspberry 2
  • 8 entrées / sorties tolérantes 5V
  • 8 entrées analogiques, 0-5V, 18 bits de résolution
  • 2 entrées numériques via DIP switch
  • Horloge temps réel avec batterie de sauvegarde
  • 3 connecteurs pour I2C
  • 1 connecteur pour communication série
  • Alimentation 5V via jack ou bornier à vis

Utilisation en Python

Des exemples en Python sont présents sur GitHub et vous montreront à quel point il est simple de dialoguer avec les capteurs / actionneurs Grove.

Par exemple, pour faire clignoter une LED présente sur le port IO0 et afficher la valeur analogiques lue sur le port AN0.

# On importe les librairies qui nous seront utiles
from raspiomix import Raspiomix import RPi.GPIO as GPIO import time
r = Raspiomix()
GPIO.setmode(GPIO.BOARD)
# On configure le port IO0 de RaspiO'Mix en sortie GPIO.setup(r.IO0, GPIO.OUT)
# Et on boucle ! while True: GPIO.output(r.IO0, not GPIO.input(r.IO0))
print("%f Volt !" % r.readAdc(0))
time.sleep(1)

Difficile de faire plus simple ! Non ?

Plus d'informations

Tout ce dont vous avez besoin pour avancer avec RaspiO'Mix+ est disponible sur le site www.raspiomix.org :

Et bien entendu, pour commander votre RaspiO'Mix+, cela se passe sur www.raspiomix.org !

Présentation des OpenAlarm Node

Voilà enfin des nouvelles de OpenAlarm, mais le projet n'est pas mort, loin de là mais ce n'est pas mon seul projet et ça ne permet pas vraiment de payer mes factures, soyez donc patient, ou mieux, participez !

Funky v3

Pour le développement des modules capteurs que j’appellerai maintenant OpenAlarm Node ou pour faire plus court, « Node », je me suis basé sur l'excellent travail de Martin au sujet de module autonome basé sur des RFM12 : les Funky (en version 3), ces derniers sont très petits (un des premiers critères de choix) et consomme très peu (autre critère important) et pour finir, ils sont architecturés autour de microcontrôleurs ATMega, on peut donc bénéficier de la simplicité de développement de l'environnement Arduino...

funky_v3.jpg
Source de la photo

Caractéristiques (source) :

  • Poids de 3gr
  • Compatible avec Arduino
  • Microcontrôleur ATMega32U4, le même que celui utilisé sur l'Arduino Leonardo
  • Pas besoin de programmateur externe, programmation directe via USB
  • Utilisation des modules radios 433/868Mhz RFM12B
  • Peu être utilisé avec le nouveau module RFM69CW
  • Fonctionne à 8Mhz, et peut être alimenté via 2.7V - 3.3V, dont les piles boutons
  • Mode faible consommation
  • La version "step-up" inclu la version 3.3V du LTC3525 boost regulator.

Les Funky v3 étant libre, j'ai donc fabriqué mes propres modules afin de les tester et faire quelques mesures avec.

2015-06-15_10.53.06.jpg
Un de mes modules Funky v3 fait maison

J'ai effectué de multiples tests logiciel, notamment, afin d'obtenir au moins les même résultats annoncé de Martin concernant la faible consommation de ces modules.

Lire la suite...

Piloter des prises électriques via un Raspberry

Comment piloter des appareils branchés sur le secteur simplement et surtout sans risque directement via un Raspberry (bien entendu, ça marche avec n'importe quoi d'autre, Arduino, etc...) ?

On pourrait utiliser un relais, un triac, mais ça ne me plait guère, on doit pouvoir faire plus simple et plus sécuritaire... Et si nous utilisions tout simplement des prises commutables à distance du commerce, nous n'aurions plus à nous soucier de l'aspect isolation vu que l'appareil se pilote à distance et est censé avoir passé des tests de conformité CE...

D'autant plus que ces prises télécommandées ne valent pas grand chose, il est facile de trouver un lot de 3 pour moins de 15€ comme celle ci-dessous :

blister.jpg

Une fois les prises télécommandées en notre possession, 3 solutions s'offrent à nous :

  1. Ouvrir les prises et les piloter directement via un signal logique : Mauvaise idée, on perd l'avantage de l'isolation
  2. Sniffer le signal radio lors de l'appui sur une touche et le reproduire
  3. Piloter directement la télécommande en simulant des touches

N'ayant pas de quoi reproduire le signal sniffé sur le moment, j'ai choisi la dernière solution qui implique un démontage de la télécommande.

L'intérieur de la télécommande :
Recto de la carte électronique Verso de la carte électronique

Lire la suite...

Des nouvelles de RaspiO'Mix

J'ai peu donné de nouvelle récemment, notamment au sujet de RaspiO'Mix et pourtant, il y a à dire...

Un site dédié

Un site dédié permet de commander directement les RaspiO'Mix : www.raspiomix.org, tant qu'il y a du stock, vous recevrez votre RaspiO'Mix en 48h.

Je n'exclus pas de proposer les RaspiO'Mix aux revendeurs intéressés, merci de me contacter directement.

Librairie Python

La librairie Python à quelque peu évoluée et est devenue encore plus simple.

Pour lire une tension sur une des entrées analogiques suivi d'une lecture des 4 entrées analogiques :

$ python
>>> from raspiomix import Raspiomix
>>> r = Raspiomix()
>>> r.readRtc()
2014-11-12T20:41:26
>>> print(r.readAdc(0))
[4.0669732000000005]
>>> print(r.readAdc((0, 1, 2, 3)))
[4.066934600000001, 0.010923800000000001, 0.08515160000000001, 0.2866822]
>>> 

Cette librairie est disponible sur GitHub : GitHub / RaspiOMix / raspiomix.py

RaspiO'Mix+

Présentation

RaspiO'Mix poursuit son évolution avec la RaspiO'Mix+ créés pour être utilisée comme vous pouvez vous en douter avec un Raspberry+.

J'ai repris le tableau d'un précédent article sur RaspiO'Mix comparant cette dernière avec la carte GrovePi :

Lire la suite...

Le poulailler connecté

Grâce à une campagne de test concernant la réduction des déchets à laquelle j'ai participé, j'ai maintenant 2 poules et un poulailler (c'est d'ailleurs le nom de la campagne : « deux poules et un poulailler pour réduire nos déchets »).
L'opération consistait à nourrir les poules avec un maximum de déchets qui finissent habituellement dans les poubelles ou au mieux dans un composteur. Plus de 6 mois se sont écoulés, l'opération est maintenant finie et je trouvais qu'il serait intéressant, et surtout amusant de mettre quelques capteurs dans le poulailler.

Cot ! Les poules

Après la brosse à dents connectée ou le produit qui va totalement révolutionner vos WC : SmartPQ, le premier rouleau de papier de toilette connecté et surfant sur cette vague de bullshit créativité, j'ai décidé de me lancer dans une première mondiale : ami des gallinacées, je vous présente le premier poulailler connecté !

Twitter @LaVieDePoule

Fonctionnalités du bestiau :

  • Prise de photos infrarouges, détection des œufs
  • Prise de température / luminosité / capteur mouvement / capteurs d'ouverture
  • Surveillance de la température, de la tension d'alimentation et du courant consommé
  • Alertes via Twitter et SMS (API Free Mobile) si certains seuils sont dépassés (température, alimentation)

Le tout est articulé autour d'un Raspberry et d'une carte fille RaspiO'Mix armée de capteurs :

  • Température de l'enceinte du poulailler
  • Température de chaque nid
  • Détecteur de mouvement IR
  • Caméra infrarouge
  • Capteur de luminosité extérieure
  • 3 capteurs sur tous les accès du poulailler (basse-cour, porte jardin et collecteur d’œufs)
  • Mesure de la tension d'alimentation et du courant consommé

2 sorties sont également pilotables et sont utilisées pour la led témoin et le relais pilotant les leds infrarouges.

Le tout en 1 image :
Vue des entrées / sorties

Lire la suite...

RaspiO'Mix ou GrovePi ?

On m'a demandé par courriel quelles étaient les différences entre le RaspiO'Mix et la carte GrovePi et j'ai pensé qu'il serait intéressant d'en faire un article...et je vais tâcher de faire un effort pour rester objectif, promis !

raspiomixvsgrovepi.png

Tout comme RaspiO'Mix, GrovePi vous permet de connecter vos modules Grove à votre Raspberry, même finalité mais choix technique différent : là ou RaspiO'Mix utilise directement les entrées / sorties du Raspberry, GrovePi utilise en fait un ATMega jouant le rôle d'intermédaire entre le Raspberry et le monde extérieur via une liaison I2C.

L'avantage pour l'un, c'est que GrovePi utilise moins d'entrées / sorties et du coup, vous pouvez les utiliser pour autre chose, l'inconvénient, c'est qu'on ne les pilote par directement, supprimant certaines fonctionnalités des IO du PI.

RaspiO'Mix fait office d'interface direct entre le Raspberry et le monde extérieur, vous pouvez donc utiliser des lignes de commandes, du Python, ce que vous voulez sans avoir à passer par une librairie spécialisée, en gros, pour faire cours, vous n'avez pas besoin d'utiliser un drivers contrairement à GrovePi.

Détails sur le mapping des ports : RaspiO'Mix et GrovePi.

Fonctionnalité GrovePi RaspiO'Mix
Entrées / Sorties 7 4
Entrées analogiques 3 4
Résolution CAN 10bits 18bits
Lignes I2C 4 2
Lignes série 1 1
Horloge Non Oui (via DS1307) avec batterie de sauvegarde
Interrupteur 0 2
Alimentation via le Raspberry via le Raspberry ou une prise jack / bornier

Flag_of_France.svg.png
Autre chose importante, les RaspiO'Mix sont fabriquées en France !
oshw-logo-100-px.png
Dans les 2 cas, GrovePi et RaspiO'Mix sont des projets OpenSource et OpenHardware et vous pouvez retrouver toutes les sources sur GitHub : GitHub / GrovePi et GitHub / RaspiO'Mix

Les cartes RaspiO'Mix sont disponibles à la vente sur le site www.raspiomix.org.

Table de placement manuel : Le cadre

Suite à l'introduction de ma table de placement manuel, je vais poursuivre en vous présentant le cadre.

Tous le design des pièces est réalisé à l'aide de OpenSCAD et est disponible sur le dépôt GitHub suivant : GitHub / hugokernel / ManualPickAndPlace

La base

Le cadre qui va supporter la mécanique doit être suffisamment rigide pour ne pas bouger, je désire aussi quelque chose de suffisamment fin, les profilés aluminium couramment utilisé dans le milieu maker m'ont semblé parfaitement adapté.

Voici le cadre en profilé aluminium de 20mm, les profilés sont maintenus entre eux par des équerres internes :

frame.png

Concernant la taille du cadre (60x40cm), il est parfaitement possible d'avoir d'autres dimensions (tout est paramétrable dans les sources OpenSCAD), j'ai choisi cette dernière en fonction des arbres de précisions (trempés et rectifiés) de 12mm de diamètre que j'ai pu trouver.

Lire la suite...

Table de placement manuel : Introduction

Le projet OpenAlarm utilisera comme module de transmission des FunkyV3, des cartes de très petites tailles avec tout un tas de composants permettant la connexion à différents type de capteurs, la liaison radio avec la base, etc...

Les Funky V3 sont très petit, pourtant, ils embarquent un bon nombre de composants et pour faire tenir autant de monde sur une surface aussi réduite, pas de mystère, il faut utiliser des composants TRÈS petit, lorsque je dis très petit, je parle de la résistance au format 0402 tout à gauche de la photo ci-dessous :

comparatif_cms.png

Et j'en viens à parler d'une des choses qui fait que OpenAlarm à pris beaucoup de retard, c'est que pour pouvoir manipuler des composants aussi petit en quantité (je ne vais pas faire des cartes que pour moi), il faut du matériel approprié.

Impossible de manipuler de tels composants directement avec les mains, avec des brucelles, c'est faisable mais pas pratique, le plus adapté est d'utiliser une pompe de préhension qui n'est rien d'autre qu'une micro ventouse et si on y ajoute une table de placement, alors, là, on tend vers le parfait...

Mais c'est quoi une table de placement ?

C'est assez simple : on place la ou les cartes électroniques sur une surface, on dispose les composants à proximité, et à l'aide d'un support coulissant et par des mouvements de translation, on vient prendre les composants et on les dépose sur le pcb.

Les composants sont « pris » par un système de pompe à dépression pour une grande précision de positionnement et surtout permettant de prendre des composants dans de très petits formats.

Lire la suite...

Mes projets faits main pour 2014

Je profite de ce début d'année pour faire un point sur l'avancement de certain de mes projets personnels liés au DIY et qui devraient être mis à jour ou terminés dans le courant de cette l'année...

LedPong

Il s'agit d'une version réduite du Led Pong Wall du Tetalab.

Le montage est terminé (un simple avr d'Atmel pilotant une matrice de led hautes luminosités) et fonctionne correctement mais le rendu n'est pas tout à fait celui que je souhaite, la lumière n'étant pas assez forte. J'envisage de remplacer toutes les leds par des modèles RGB adressables (WS2812) et pilotées par un RaspberryPi.

2011-06-09_16.55.39.jpg

À faire :

  1. Faire des tests avec des WS2812 pour s'assurer que l'adressage de 64 leds est suffisamment rapide
  2. Enlever l'ancienne matrice de led
  3. Poser les WS2812
  4. Interface et intégration avec le RaspberryPi

Ballon à air chaud

C'est un aérostat constitué de 8 fuseaux de 9m² réalisé à partir de sacs poubelle bas de gamme (faible épaisseur, environ 17 micron d'épaisseur), le ballon est fini et traine depuis plus d'un an dans un coin, il faut dire que malgré le temps que j'ai passé à le faire (quelques dizaines d'heures), l'arrivée de mon Ultimaker m'a totalement fait changer de priorité.

C'est une belle bête capable de lever théoriquement 2kg de charge utile, je compte profiter d'une journée fraiche pour le gonfler et faire un premier test.

La moitié du ballon déployé à côté du chat !

À faire :

  1. Fabriquer une nacelle pour tenir les suspentes et les relier à un fil maitre
  2. Trouver une journée froide et sans vent pour faire un test (certainement un matin très tôt

Lire la suite...

OpenAlarm : Un système d'alarme libre

Après de multiples recherches sur Internet, je m'avoue vaincu : pas moyen de trouver un système d'alarme libre suffisamment avancé et les systèmes propriétaires sont beaucoup trop chères, même d'occasion...

Bien sûr, il reste les systèmes d'alarmes bas de gamme mais que valent t'ils vraiment face à des pros du vol qui connaissent bien les parades...

J'ai donc décidé de développer mon propre système libre, les toutes premières briques ont été posées sur le wiki SystèmeDAlarmeLibre et dans cet article, je vais détailler mes choix.

Cahier des charges

  • Multi-zones sans fil, hors de question de tirer des cables partout, il faudra donc prévoir des capteurs autonomes en énergie et capable de communiquer avec la base par radio
  • Système d'avertissement local sonore et lumineux ainsi qu'un envoi de SMS avec détail sur l'incident (zone, type d’évènement, horodatage)
  • Type de capteurs : Infra rouge (PIR), ouverture (reed switch), vibration, sonore, lumière, fumée, fuite d'eau et pourquoi pas la température et l'humidité
  • Communications sécurisées : Multi-bandes et il ne doit pas être possible de brouiller la bande de fréquences utilisée sans déclencher d'alerte, on ne doit pas pouvoir forger de faux messages de « tout va bien »
  • Alarmes techniques en cas de batterie faible des capteurs autonomes ou perte du signal d'un capteur
  • Watchdog : La centrale doit être capable de se sortir elle même d'un plantage inopiné
  • Autonomie électrique de la centrale : en cas de coupure d'alimentation, elle doit tenir suffisamment longtemps pour avoir le temps de lancer ces alertes
  • Les boitiers des capteurs et de la centrale devront être autant que possible réalisables grâce aux outils d'un fablab (impression 3d, découpe laser, etc...)

Lire la suite...

- page 1 de 7